ADIEU HENRI HUGON


Lyon, Mercredi 18 Septembre 2013
Henri Hugon s'est envolé discrètement cette nuit a l'âge de 72 ans... Comme a son habitude, quand il en avait marre il partait sur la pointe des pieds. Mais, cette fois, il a définitivement rendu son tablier et tourné le dos à ses nappes a carreaux.

Nous gardons en mémoire sa bouille, sa gouaille, ses blagues, ses coups de gueule, ses coups de trop...

Père Hugon tu manqueras a Lyon.
Toi l'illustre restaurateur de la rue Pizay,
Toi la figure emblématique des bouchons,
Toi le grand défenseur des traditions,
Toi le garant des valeurs des vrais bouchons !

Nous rendons hommage à ta gourmandise de la vie, a ton savoir vivre et a ton savoir manger.

Nous te gardons toujours dans nos mémoires derrière ton bar le sourire aux lèvres !

Les Mâchonneuses ont vécu avec toi de beaux moments d’amitié et de convivialité :
* Lors de nos mâchons et de nos ripailles où le moit-moit était de rigueur !
* Dans nos escapades gourmandes aux Halles de Lyon ou au Marché de Châtillon,
* Ou encore quand tu te moquais de nous, mais jamais méchamment, en nous surnommant « Les pintades du matin »...

Nous avons des pensées pour Arlette ta femme, Eric ton fils, et pour toute ta famille.

Ah le père Hugon,
Henri,
Tu as rejoinds le grand banquet de l'éternité et tu manques déjà...

Salut l'ami
Les Mâchonneuses te pètent la miaille !
Laurence et Valérie


Jeudi 19 septembre 2013
MESSAGE de Thierry Durant, Café Rouville

Bonjour à toutes
C'est avec stupeur , comme tous, que j ai appris la triste nouvelle. De part l' homme qui vient de partir, je voulais à travers ce blog présenter mes sincères condoléances à Arlette et à son fils, c'est toute la restauration qui se trouve dans la peine.
Plus de quarante années dans le bouchon, une certaine idée du métier ainsi qu'un caractère de "cochon", c'est au personnage que veux rendre un dernier hommage. Il aura marqué l'histoire de nos bouchons chers à nos coeurs et laissera un grand vide pour l' avenir de la restauration.
Où que tu ailles dans ta nouvelle demeure, reste le même !
Salut Henri
Thierry Durand, Ex élève de ce grand monsieur